Madagascar, la "virgule de l'Afrique" qui compte environ 23 millions d'habitants, est l'un des pays les plus pauvres au monde. 72% des habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté (moins d'un euro par jour). Au cours des six dernières années, le taux de pauvreté est passé de 68,7% à 76,7%, enregistrant ainsi une importante augmentation de 8 points.

La faim frappe 42% des enfants de moins de 5 ans. Seulement 41% de la population a accès à une source d'eau potable, 19% bénéficient de l'électricité et seulement 11% ont accès à des installations sanitaires adéquates. Les rares qui ont quelques moyens peuvent avoir accès aux établissements de santé et seulement 51% des enfants bénéficient des vaccins de base financés par le gouvernement.

La mortalité des enfants de moins de 5 ans est de 123 pour mille, ce qui place Madagascar à la 35e place dans le monde sur environ 200 pays.

Parmi les causes de la mortalité infantile, il y a le manque général d’hygiène et de santé qui rendent mortelles de banales infections, qui pourraient être soignées dans d'autres contextes. A Madagascar, on meurt encore d’infections respiratoires, de diarrhée,de fièvre typhoïde, de parasitose, de tuberculose, de malnutrition.
Le pays, qui hérite d’un grave retard de développement, a subi ces dernières années une série d’événements variés, cause d’un nouvel appauvrissement de la population. La situation s'est aggravée depuis 2009, année du début d'une grave crise politique qui a causé une détérioration des conditions de vie. Une régression  toujours en cours: la fragilité des institutions affaiblit de plus en plus l'économie d'un pays déjà à bout.

La pauvreté augmente constamment aussi bien dans les zones rurales que dans les villes. Les enfants sont parmi les premiers à subir les conséquences de cette situation.